Louis de Gouyon Matignon

LOUIS EN MUSIQUE – Mama Africa

La musique, c’est le langage universel qui unit les Hommes, les continents, les cultures. Chaque semaine, pour Eurafrique, je vais vous parler d’un morceau et de ce qu’il m’inspire. Pour fonder une jeunesse eurafricaine forte et unie, servons-nous de la culture. La musique a pour vertu d’emporter l’âme, de faire comprendre l’insaisissable. Ça ne demande qu’une seule chose : écouter et se laisser pénétrer par les notes d’un ailleurs qui se rapproche.

Petit Denis, chanteur ivoirien spécialiste du zouglou (genre musical populaire et urbain né en Côte d’Ivoire dans les années 90), chante le panafricanisme. Citant de nombreuses figures historiques comme Kwame Nkrumah, Samory Touré ou encore Nelson Mandela, le chanteur prie pour les États-Unis d’Afrique. Un must absolu à écouter !

Fin de l’excision en Gambie

Après le Niger en juin dernier, c’est au tour de la Gambie d’interdire l’excision. Cet État anglophone d’Afrique de l’Ouest devient, depuis le 24 novembre et l’annonce du président de la République de Gambie Yahya Jammeh, le vingt-et-unième pays du continent africain à mettre au ban cette pratique rituelle. Parmi les pays du monde où les mutilations génitales féminines sont très pratiquées, ce petit pays dirigé d’une poigne d’acier fait figure d’exception. Pour le chef de l’État, cette décision est motivée par l’« absence de justification religieuse de cette pratique dans l’Islam ». Une déclaration vivement applaudie par les femmes de l’assistance réunie pour l’occasion.

Celui qui voue les homosexuels à la mort, surnommé « le fou de Kanilai » par ses voisins sénégalais, apparaît aujourd’hui comme « protecteur des fillettes » ; Eurafrique espère que cette décision engendrera une prise de conscience de la part de Jammeh quant au respect des minorités sexuelles et ethniques et encourage les États africains à abolir ces pratiques rétrogrades et dangereuses.

#Eurafrique

Sur Twitter, des Africains lancèrent cet été le hashtag #TheAfricaTheMediaNeverShowsYou afin de donner une image meilleure du continent. Exit la pauvreté ou la guerre et place à #UneAfriqueQueLesMédiasNeVousMontrentPas ! Le phénomène est devenu planétaire et de nombreux twittos s’y adonnent aujourd’hui ; le principe, twitter une photo ou un article en lien avec une Afrique moderne, jeune et dynamique (exemple : des paysages, des vêtements Made In Africa, du sport…). Cette initiative d’origine américaine souligne le besoin qu’on les membres de la diaspora ou les originaires d’Afrique de renouer, de rénover l’image africaine. À l’heure où beaucoup de régions du monde émergent (Asie, Amérique latine ou Europe de l’Est), les Africains ont besoin de faire la promotion de leur continent.

Je salue cette volonté de promotion nationale ou continentale cependant, je ne souhaiterais pas qu’elle se transforme en concurrence entre les pays ou continents. J’encourage le fait de se dire originaire de telle ou telle région, de revendiquer son patrimoine géographique ou historique dans une logique de rassemblement. À ce titre, je suis également partisan d’un hashtag #Eurafrique et encourage les jeunes Européens et Africains à promouvoir leur histoire, à vanter leur bicontinent et cet idéal de rassemblement entre Européens et Africains.

EMOJI Eurafrique

Merci à Apple et à l’iPhone d’avoir choisi cet EMOJI eurafricain ! Parmi les trois « Earth Globes » disponibles sur Apple, trois grands ensembles : les Amériques, l’Asie et l’Australie et bien sûr, l’Eurafrique ! Clin d’œil au bicontinent, ornez vos messages de cette émoticône et ensemble, construisons Eurafrique ! « The Earth Globe Europe-Africa emoji was approved as part of Unicode 6.0 in 2010 » ; cool !

Ensemble contre le terrorisme islamiste

Après la France, le Mali. Hier à Bamako, dix-neuf personnes périrent lors d’une attaque terroriste perpétrée au sein de l’hôtel Radisson Blu, en plein cœur du Mali. Revendiqué par un groupe de djihadistes affilié à Al-Qaïda, cet acte commis une semaine après les différents attentats ayant ébranlé la France et le monde doit nous permettre de comprendre à quel point il est urgent de développer une coopération militaire eurafricaine, afin d’unir nos deux continents pour lutter ensemble contre ces groupements terroristes.

Après l’attaque sanglante d’hier, le président de la République du Mali Ibrahim Boubacar Keïta décréta l’état d’urgence pour dix jours ainsi que trois jours de deuil national en l’hommage des victimes et s’adressa à la population malienne : « Mes chers compatriotes, tel est le message grave et solennel que je me devais de vous lire en ce jour : que chacun et chacun garde son calme, sa confiance en la République qui saura défendre ses fils au-dedans comme au-dehors. Unis, nous vaincrons les forces du mal et de la terreur. La terreur ne triomphera pas dans le pays des fiers et courageux ancêtres que nous avons tant chantés ». Alors que le Sénat vient en France d’adopter massivement le projet de loi prolongeant l’état d’urgence, il nous faut désormais agir avec de nouveaux partenaires.

Je propose une alliance entre les pays européens et ceux d’Afrique de l’Ouest afin de constituer un véritable axe militaire et ainsi, permettre aux différentes armées eurafricaines de protéger ces régions. Nous devons mettre en commun nos ressources militaires et nos positions afin de garantir une présence plus efficace de nos militaires sur le territoire eurafricain. Il est désormais indispensable que nous puissions garantir ensemble la sécurité des zones à risques.

Fier

Je suis fier.

Fier de mon pays, de sa population, de notre solidarité, de notre tolérance.

Fier d’avoir vu les forces de police travailler à protéger notre peuple, fier d’avoir vu les pompiers sur le terrain à soigner et aider les victimes, fier d’avoir vu le SAMU sauver des vies, fier d’avoir vu des hommes et des femmes s’engager pour le bien de notre pays, l’honneur de notre Histoire.

Fier d’avoir vu des centaines de messages sur Facebook indiquant que certains seraient prêts à recevoir les badauds en danger, fier d’avoir vu sur Twitter des milliers de chaleureux et émouvant messages adressés aux Parisiens, fier d’avoir vu apparaître sur Instagram des images de Paris avec des hashtags sublimes.

Fier de savoir que le personnel hospitalier est à l’œuvre pour aider nos compatriotes, que beaucoup se mobilisent à travers le pays pour aider, fier de voir tant de drapeaux français brandis numériquement pour illustrer notre solidarité nationale.

La France est aujourd’hui en deuil et au milieu des pleurs, je souhaitais simplement remercier tous les Parisiens et les Français pour leur solidarité, leur force. Eurafrique œuvre au bien-être des populations et ce matin, recevant de nombreux messages de la part d’amis africains, je contemplais la réalisation d’une solidarité bicontinentale. Merci à tous pour vos messages et vos encouragements.

Aujourd’hui, je suis fier de voir mon pays uni, fier d’être Français.

13/11/15 je suis fier !

Ne pas oublier

Pourquoi devrais-je me souvenir ? Je connais cette date du 11 novembre qui chaque année, me rappelle une période de plus en plus lointaine, de plus en plus floue. Une époque révolue dans un monde qui s’accélère, une Histoire dépassée par une instantanéité qui ne s’accommode pas d’un vieux rituel propre à de nombreuses civilisations : la transmission. Ce partage entre les générations, entre les visions et les réalités est tellement crucial, en ceci qu’il nous permet de résister à l’oubli tout en préparant le futur, qu’il nous faut le stimuler toujours. C’est le but de ma prise de parole papier.

Je souhaite rappeler que la Première Guerre mondiale, coupable de la mort ou de l’invalidité de plus de huit millions d’Êtres, ramena l’Europe à la primitivité. Je souhaite rappeler que beaucoup de mes compatriotes périrent et que parmi ces Français, certains « Sénégalais » de l’Afrique-Occidentale française s’engagèrent pour défendre notre drapeau. Les « Dogues noirs de l’Empire », comme les avait surnommé Léopold Sédar Senghor, resteront fidèles au Bleu, au Blanc et au Rouge. De nombreux Africains périront pendant cette Grande Guerre et je souhaite aujourd’hui leur rendre hommage. Je souhaite saluer la mémoire de ces combattants dignes qui contribuèrent au prestige français et les remercier d’avoir permis à mon pays (à l’époque Notre pays) de sortir vainqueur de cette véritable barbarie.

Je crois en Eurafrique et au potentiel fort d’une union équitable entre les pays d’Europe et les pays d’Afrique. Je souhaite promouvoir cette union dans le respect des prestiges locaux afin de participer à la réalisation d’un destin commun et ainsi, favoriser l’émergence rapide d’une identité métissée nouvelle, cultivée et invincible. Je suis pour cette renaissance eurafricaine, pour l’avènement d’une Europe tropicale, d’une Afrique libérée. Grâce à l’Histoire, je connais les prémices d’une aventure eurafricaine qui sommeil toujours et s’apprête à naître. Grâce à la transmission, j’ai l’honneur de chanter les exploits africains. Grâce à la transmission, je construis avec toi Eurafrique.

En ce 11 novembre 2015, je souhaite remercier l’Afrique pour son implication, sa bravoure et sa force. Si l’Europe est ce qu’elle est aujourd’hui, nous vous le devons en partie. En ce 11 novembre 2015, moi, Louis de Gouyon Matignon, suis Africain, suis Le Monument aux Héros de l’Armée Noire de la ville de Reims, suis tirailleur sénégalais, suis ces milliers de Noirs tombés en Europe. En ce 11 novembre 2015 et plus que jamais, je suis Eurafricain.

La réconciliation en sursis

Causant le décès de plus de trois milles personnes, la crise ivoirienne de 2010 – 2011 est le résultat des affrontements qui éclatèrent après le second tour de l’élection présidentielle entre Gbagbistes et Ouattaristes à la suite de fraudes présumées. Actuellement détenu à la Cour pénale internationale, nous venons d’apprendre que l’ancien président de la République de Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo ne sortira pas de prison avant son procès qui devrait débuter le 10 novembre. Les avocats de Laurent Gbagbo demandaient en effet sa libération provisoire pour raison de santé ; leur demande a été rejetée par les juges de la CPI.

L’ancien président ivoirien âgé de 70 ans, accusé d’avoir plongé son pays dans la guerre civile en s’accrochant au pouvoir à l’issue de l’élection présidentielle de 2010, devra répondre de quatre chefs de crimes contre l’humanité perpétrés dans le contexte de ces violences post-électorales. Eurafrique rappelle l’importance de pacifier le plus rapidement possible les tensions qui subsistent entre Gbagbistes et Ouattaristes afin de consolider le processus démocratique dans le cadre des prochaines élections présidentielles, dimanche 25 octobre 2015.

Doudou N’diaye Rose

Classé par l’UNESCO « trésor humain », le célèbre percussionniste sénégalais Doudou N’diaye Rose est décédé mercredi soir à Dakar. Le mathématicien des rythmes, le grand maître des tambours, capable de diriger cent batteurs sur plusieurs rythmes en même temps, est considéré comme l’un des plus grands musiciens africains du vingtième siècle. Issu d’une famille de griots (communicateurs traditionnels en Afrique occidentale), le maître-tambour consacra sa vie à la musique. À la tête d’un orchestre de plusieurs dizaines de percussionnistes, dont plusieurs membres de sa famille, celui qui joua avec les plus grands (Miles Davis, Bernard Lavilliers ou les Rolling Stones) avait dû, afin de pratiquer librement son art, batailler contre son père, comptable, qui refusait qu’il devienne musicien.

Allant à la rencontre des plus grands maîtres percussionnistes, Doudou N’diaye Rose raconte : « Je rencontrais les anciens pour qu’ils me transmettent ce langage très précis des percussions que tout le monde connaissait alors : comment annoncer qu’il y a un feu de brousse, qu’un serpent a piqué quelqu’un, que la femme qui vient de se marier a rejoint la demeure conjugale… ».

Remarqué par Maurice Béjart, il se produisit pour la première fois en France, avec sa propre troupe composée de cinquante batteurs, en octobre 1986 et participa 3 ans plus tard aux célébrations du Bicentenaire de la Révolution française. Il s’en suit alors une fulgurante ascension dans le monde entier. Très proche du premier président sénégalais Léopold Sédar Senghor, il composa notamment l’hymne joué lors des défilés civils marquant la fête de l’indépendance du Sénégal (chaque 4 avril).

Saluons la mémoire de cet artiste eurafricain qui continue à faire vibrer notre bicontinent.

Des Espagnols combattent Daesh

Deux combattants communistes espagnols furent, à leur retour en Espagne en juillet, placés en détention ; pourquoi ? Pour être partis combattre Daesh aux côtés de l’YPG au Kurdistan syrien, les Unités de protection du peuple, branche armée du Parti de l’union démocratique (PYD), un parti politique kurde syrien. Ces deux militants du groupe Reconstrucción Comunista seraient partis en Rojava pour aider la résistance kurde à combattre les fanatiques religieux de Daesh. Depuis Ras Al-Aïn (« Serê Kaniyê » en kurde) dans la province d’Hassaké, les militants ont déclaré s’être unis à la révolution du Rojava « pour défendre la classe ouvrière kurde opprimée par des États fascistes ». Les deux militants exprimaient leur soutien total à « la lutte contre le fascisme de l’État islamique ».

En attente de leur procès, les deux militants communistes ont été placés en liberté surveillée : ils ont dû rendre leurs passeports, ont l’interdiction de quitter le territoire espagnol et doivent pointer toutes les semaines au tribunal.

Eurafrique apporte son total soutien à ces deux militants espagnols, les félicite pour leur courage et réaffirme qu’une lutte eurafricaine doit être engagée contre l’obscurantisme islamique (voir à ce sujet notre article Axe eurafricain). Bravo les gars.