Bénin

Mathieu Kérékou

Il s’en est allé, le 14 octobre dernier, à l’âge de 82 ans. Lui, c’est le général Mathieu Kérékou, un homme qui occupe une place très importante dans l’histoire du Bénin. Il fut président de la République du Dahomey, président de la République populaire du Bénin, président de la République du Bénin. Depuis son décès, de nombreux hommages lui sont rendus.

Après avoir dirigé le pays d’une main de fer, pendant près de deux décennies, après une longue traversée du désert, l’homme fort du 26 Octobre 1972 s’est employé, au cours de ses deux derniers mandats, à consolider le processus démocratique. Il respecta de manière stricte la séparation des pouvoirs. Grâce au « Caméléon », le Bénin connu une véritable liberté de la presse. Alors que certains chefs d’État africains modifient la constitution de leur pays au cours de leur dernier mandat, Mathieu Kérékou choisit de ne pas s’éterniser et passa le relais, à la fin de son mandat en 2006, à Boni Yayi, actuel président béninois. À titre posthume, Eurafrique rend hommage à cet homme qui, devenu le premier président du continent à ouvrir la voie au multipartisme, su engager le Bénin sur le chemin de la démocratie. Nous espérons que d’autres s’inspireront de l’exemple Kérékou.

Bénin numérique

Boni Yayi, président de la République du Bénin, a procédé jeudi 26 novembre au lancement du réseau 4G LTE. Le pays passe à la vitesse supérieure après avoir expérimenté la 3G pendant trois ans, à travers les opérateurs de téléphonie mobile MTN et Moov. Après le Nigeria, le Ghana et la Côte d’Ivoire, le Bénin sera le quatrième pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à adopter cette technologie. Grâce à ce réseau 4G, le Bénin n’aura plus besoin de se faire du souci quant à la qualité de la connexion Internet. Autre nouveauté, Yayi Boni compte instaurer avec la 4G une e-gouvernance et des conseils des ministres en live. Rappelons qu’en 2013, le Bénin se classait avant-dernier en ce qui concerne  la vitesse d’Internet sur le continent africain, juste devant la République démocratique du Congo. Eurafrique espère que tous les pays africains pourront bientôt se targuer d’avoir une connexion aussi rapide que celle des pays européens.