Internet

Bénin numérique

Boni Yayi, président de la République du Bénin, a procédé jeudi 26 novembre au lancement du réseau 4G LTE. Le pays passe à la vitesse supérieure après avoir expérimenté la 3G pendant trois ans, à travers les opérateurs de téléphonie mobile MTN et Moov. Après le Nigeria, le Ghana et la Côte d’Ivoire, le Bénin sera le quatrième pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à adopter cette technologie. Grâce à ce réseau 4G, le Bénin n’aura plus besoin de se faire du souci quant à la qualité de la connexion Internet. Autre nouveauté, Yayi Boni compte instaurer avec la 4G une e-gouvernance et des conseils des ministres en live. Rappelons qu’en 2013, le Bénin se classait avant-dernier en ce qui concerne  la vitesse d’Internet sur le continent africain, juste devant la République démocratique du Congo. Eurafrique espère que tous les pays africains pourront bientôt se targuer d’avoir une connexion aussi rapide que celle des pays européens.

MOOC eurafricain

Beaucoup de jeunes Africains sont aujourd’hui connectés et souhaitent travailler avec l’outil numérique. Grâce aux formations en ligne ouvertes à tous, les MOOC, de nombreux internautes peuvent désormais s’instruire et apprendre les techniques nécessaires à la pratique d’un métier. Les participants aux cours, souvent nombreux (dans le monde anglophone, il peut arriver que plus de 100 000 personnes soient réunies pour un cours), sont dispersés géographiquement et communiquent uniquement par Internet. Afrique Innovations a pour but de former les étudiants africains au journalisme numérique et à la programmation. Lancé début 2015, le projet veut « former les futurs leaders d’opinion » avec des événements, des ateliers et, à partir du lundi 20 juillet, un MOOC gratuit qui sera animé pendant douze semaines par des journalistes et quelques développeurs. Le projet souhaite donner aux journalistes africains en formation la technique nécessaire pour produire et diffuser de l’information ; depuis le 20 juillet, plus de 2 000 personnes ont choisi de suivre les cours en ligne.

Je félicite cette initiative numérique qui permet à un maximum d’étudiants ou de professionnels d’apprendre ou de se perfectionner dans la pratique du journalisme et de la programmation. Il est indispensable de promouvoir ces initiatives qui permettent à beaucoup de s’instruire et d’obtenir les outils nécessaires à la pratique d’un métier. Eurafrique encourage le partage des techniques. À l’heure où beaucoup d’Eurafricains ont accès à Internet mais ne peuvent (pour des raisons géographiques, financières, médicales…) poursuivre une formation traditionnelle, saluons ce précieux outil et encourageons son développement.